Ryzen, la meilleure puce d’AMD depuis 20 ans ?

AMD affirme sans détour que le Ryzen (ex-Zen) est son meilleur processeur depuis 20 ans. C’est en tout cas la puce de la dernière chance pour le fournisseur qui ne brille guère avec ses GPU Radeon. La société est en effet aujourd’hui prise entre le marteau Intel et l’enclume Nvidia.

La famille de puces Zen d’AMD est finalement arrivée. En août, le fournisseur avait surpris l’industrie du hardware en montrant que son architecture Zen pouvait rivaliser avec les meilleures puces d’Intel. Aujourd’hui, la firme livre plus de détails sur ce processeur rebaptisé Ryzen pour sa commercialisation. « Le plus intéressant produit par AMD ces 20 dernières années » selon ses dirigeants. Autant par sa dénomination, sa vitesse d’horloge que par ses cinq technologies sous-jacentes « SenseMI » auxquelles la puce doit son efficacité.

AdTech Ad

« La puce 8 cœurs, 16 threads, Ryzen présente également une enveloppe thermique (TDP) beaucoup plus basse que la puce 8 cœurs, 16 threads, d’Intel : 95 watts contre 140 watts », a déclaré la CEO, Lisa Su, lors de l’événement New Horizon d’AM.

Puce Ryzen : Quelles performances en environnement de jeux ?

Le système Ryzen 3,4 GHz présenté à nos confrères de PC World était équipé d’une carte mère AM4 personnalisée qui ne verra probablement jamais le jour, de 16 Go de RAM et de deux cartes Nvidia Titan X. Oui, des cartes de Nvidia – les représentants d’AMD ont expliqué qu’ils voulaient montrer que les technologies d’AMD et de Nvidia étaient compatibles et que Ryzen pouvait gérer n’importe quelle configuration de jeu. En face, AMD a mis le même système Intel Core i7-6900K que celui utilisé par AMD pour la démo Blender, avec une carte Asus ROG X99, et 32 Go de mémoire quad-channel, afin de ne pas se voir reprocher une configuration mémoire insuffisante.

Selon nos confrères, Ryzen a parfaitement tenu le rythme avec le jeu Battlefield 1. Un grand moment.

Nos confrères de PC World ont pu confronter les machines dans un épisode du premier chapitre de Battlefield 1, le jeu vidéo de tir à la première personne développé par Dice et édité par Electronic Arts, sorti en octobre dernier. Ceux-ci n’ont pas pu voir le FPS en surimpression sur l’écran pour connaître le taux de rafraichissement des images. Ils ont dû pour cela se contenter des informations fournies par Jim Prior, le directeur produits d’AMD : selon lui, les deux systèmes fournissaient entre 100 et 130 images par seconde, à la résolution 4K sous DirectX 11, le tout calé sur un paramétrage extrême. Selon Jim Prior, AMD a désactivé la superposition parce que Dice a régulièrement patché le jeu et les performances constatées par nos confrères pouvaient différer de celles annoncées pour Ryzen.

Nos confrères n’ont pas constaté de différences fonctionnelles ou visibles entre les systèmes Ryzen et Intel. Les deux réagissaient exactement de la même façon, aussi bien en jouant eux même sur les PC qu’en regardant un autre joueur afin de comparer les deux systèmes en même temps. Selon eux, « Ryzen a assuré comme un chef ». En revanche, les puces FX-6xxx/8xxx actuelles d’AMD sont nettement plus lentes que les composants d’Intel comparables, selon les caractéristiques.

L’incidence de SenseMI dans le traitement du jeu

D’une certaine manière, la puce Ryzen d’AMD introduit un nouvel élément à prendre en compte avant l’achat d’un processeur : l’efficacité. En général, les fans de PC regardent le prix, le nombre de cœurs, la vitesse du processeur et sa consommation d’énergie alors que les fabricants de puces mettent en avant le nombre d’instructions par cycle d’horloge (IPC) pour mesurer l’efficacité. Mais Ryzen inaugure une nouvelle approche. AMD affirme que pour ses dernières générations de processeurs, il a toujours et de plus en plus privilégié l’efficacité. Selon Mark Papermaster, CTO d’AMD, le fabricant a fait en sorte que Ryzen offre la meilleure « performance intelligente ». Celui-ci fait référence à la technologie adaptative SenseMI d’AMD qui évalue continuellement le processeur pour fournir la meilleure performance pour un niveau de puissance donné.

SenseMI se compose de cinq technologies différentes : Pure Power, Precision Boost, Extended Frequency Range (XFR), Neural Net Prediction et Smart Prefetch. Ces technologies fonctionnent ensemble, en utilisant le réseau de connexions sur puce Infinity Fabric d’AMD qui tourne en boucle et réévalue en permanence la performance. Par exemple, Pure Power et Precision Boost sont comme les deux faces d’une même pièce. Pure Power surveille la température de la puce en s’appuyant sur des centaines de capteurs intégrés dans la puce et le Fabric. Elle réduit en permanence l’énergie de quelques milliwatts tout en maintenant le même niveau de performance. Pendant ce temps, Precision Boost assure un contrôle très fin de la fréquence. Elle peut booster les performances par incréments de 25 MHz (contre 100 MHz pour Intel) afin d’améliorer les performances sans consommer plus d’énergie.

Et après ?

Après des années à essayer de se maintenir à flots à coup de restructuration, de déménagement (le siège social a été déplacé de Sunnyvale à Santa Clara) et de licenciements, AMD a peut-être trouvé le levier qui lui assurera un retour gagnant. Son processeur Zen Naples n’est que la première étape d’un processus de reconquête du marché d’entreprise, dont les marges, plus élevées, l’aideront à financer la croissance de demain.

Pendant ce temps, Intel est en embuscade et affûte sa puce Kaby Lake. (Crédit : Gordon Mah Ung)

Cependant, on ne sait pas encore que sera le prix de la première puce Ryzen d’AMD, nom de code Summit Ridge. Intel a déjà bien balisé le terrain, obligeant AMD à baisser ses prix pour gagner des parts de marché. En août, les dirigeants d’Intel avaient annoncé la sortie de plus de 350 designs de PC basés sur les différentes versions de sa puce Kaby Lake à partir de janvier. De son côté, la CEO d’AMD, Lisa Su, a bien annoncé une « gamme très fournie » de cartes mères, un lot de partenaires hardware et de constructeurs de systèmes, mais sans donner de chiffres. Cependant, une chose est sûre : AMD est de retour et le fabricant tient enfin une bonne carte à jouer. « 2016 a été une année solide. Nous sommes très satisfaits de tous les progrès que nous avons accomplis », a déclaré Lisa Su. « Et, à l’approche de 2017, nous pouvons dire que le meilleur est vraiment à venir ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *