Plus de personnes prennent des pauses Facebook et suppriment l’application de leurs téléphones

L’exode de Facebook chez les jeunes est réel et le désenchantement à l’égard de la principale plateforme de médias sociaux s’étend également aux utilisateurs plus âgés. Selon les nouvelles données du Pew Research Center qui ont échantillonné les utilisateurs américains de Facebook âgés de 18 ans et plus, 4 personnes interrogées sur 10 (42%) ont quitté le réseau social pendant «plusieurs semaines ou plus» l’année dernière; un quart des répondants ont déclaré avoir supprimé l’application mobile entièrement de leurs smartphones.

L’enquête de Pew a été menée entre le 29 mai et le 11 juin, de sorte que l’épuisement professionnel et les frustrations découlant du scandale de confidentialité de Cambridge Analytica sur Facebook étaient encore présents dans l’esprit des utilisateurs. Mais c’est un signe alarmant qui montre que les gens ont un mauvais goût dans Facebook après avoir entendu pendant des mois des incidents de confidentialité, des ingérences électorales, des campagnes de désinformation et des pratiques de modération discutables. Aujourd’hui, le directeur de l’exploitation de Facebook, Sheryl Sandberg, témoigne devant le Congrès sur la façon dont les pays étrangers utilisent des plateformes technologiques pour semer la discorde et les troubles aux États-Unis.

L’abandon de Facebook semble véritablement générationnel: 44% des utilisateurs âgés de 18 à 29 ans ont déclaré à Pew qu’ils avaient supprimé l’application de Facebook contre 20% des personnes âgées de 50 à 64 ans. Pour les utilisateurs de plus de 65 ans, ce nombre est tombé à 12%. Au minimum, plus de la moitié des personnes interrogées ont déclaré avoir modifié leurs paramètres de confidentialité au cours des 12 derniers mois, ce que Facebook a fait pour faciliter la tâche.

Mais cela ne se limite pas à la politique. Pew a constaté que « les républicains ne sont pas plus susceptibles que les démocrates d’avoir pris une pause de Facebook ou supprimé l’application de leur téléphone au cours de l’année écoulée ». La récente vague de critiques dirigées contre Facebook, Twitter et d’autres plateformes de médias sociaux sur la censure supposée est venu bien après que l’enquête Pew ait été menée, de sorte que cela pourrait être un facteur la prochaine fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *