Microsoft met en open source 10 outils pour Visual Studio

Pour les développeurs qui souhaiteraient contribuer à l’amélioration des Productivity Power Tools de Visual Studio, Microsoft a versé sur GitHub le code source d’une dizaine de ces extensions de productivité mises au point par l’équipe de développement de l’IDE.

Microsoft continue à verser dans l’Open Source certains de ses outils de développement. L’ouverture porte cette fois sur une partie des Productivity Power Tools pour Visual Studio, le code source d’une dizaine de ces extensions venant d’arriver sur GitHub. Ces outils conçus par l’équipe de Visual Studio pour améliorer la productivité des développeurs sont disponibles sous licence MIT. Microsoft propose aux développeurs d’apporter leurs contributions à la qualité de ces extensions en signalant les éventuels bugs ou en corrigeant ceux qui ont été signalés. Il cherche aussi à simplifier le processus de développement. Parmi les dix extensions ouvertes sur GitHub, on trouve Align Assignments pour aligner les commandes, Copy as HTML pour placer des séquences HTML brutes dans un presse-papier, Fix mixed tabs qui avertit lorsqu’un fichier contient à la fois des tabulations et des espaces, Ctrl+Click Go to Definition pour mettre des liens cliquables dans le code ou Middle Click Scroll pour parcourir rapidement un document.

AdTech AdEgalement versés sur le référentiel partagé, Peek F1 appelle l’aide contextuelle en ligne, Structure Visualizer permet de placer des repères visuels entre les blocs de code, Syntactic Line Compression améliore l’utilisation de l’écran et Timestamp Margin ajoute une datation dans la fenêtre de visualisation en mode debug. Toutes les extensions des VS-PPT ne sont pas ouvertes, mais Microsoft assure travailler pour pouvoir progressivement le faire.

Microsoft a rejoint la Fondation Eclipse le mois dernier

Parmi les dernières étapes significatives de sa contribution à l’Open Source, l’éditeur de Redmond a annoncé le 8 mars dernier qu’il rejoignait la Fondation Eclipse. En novembre 2015, il avait commencé l’ouverture de son framework de développement avec la partie serveur de .Net, suivi quelques mois plus tard par sa plateforme de build, ou encore par son moteur JavaScript ChakraCore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *