les soucis techniques et les recommandations de la Switch Nintendo

Depuis vendredi 3 mars, la Switch est disponible dans le commerce, signant le grand retour de Nintendo dans nos salons. La nouvelle console hybride semble toutefois avoir quelques petits soucis de jeunesse…

Des « écrans de la mort » en pagaille

Bien connus des utilisateurs de Windows (bien qu’il y en ait moins depuis Windows 10), les « blue screens of death » n’épargnent pas la Switch et les photos les dénonçant ont pullulé sur les différents réseaux sociaux le jour J et ce week-end. Petite originalité sur la console de Nintendo, ils peuvent être bleus ou… oranges !

Mais, dans les deux cas, ils traduisent une erreur ou un dysfonctionnement imprévu du système d’exploitation de la console. Si certains utilisateurs s’en sont débarrassés d’un simple redémarrage, d’autres -après avoir contacté le service client de Nintendo- se seraient tout simplement vu proposer un échange de leur console car celle-ci était complètement « brickée ».

Des dalles qui clignotent…

Ce sont plus de deux millions de consoles qui ont été envoyées dans le monde (chiffres Nintendo) et certains modèles ont pu être un peu bousculés pendant les acheminements vers leur propriétaire. Ainsi, certains utilisateurs ont eu la désagréable surprise de voir leur écran de console en proie à des crises de flickering (clignotements répétés).

Le site Glixel rapporte qu’après une semaine d’utilisation intensive de la console et, en particulier, de la connexion-déconnexion sur la station reliée à la TV, des marques puis des rayures sont apparues sur le bord noir gauche de l’écran de la Switch. Des rayures qui surviennent dès lors que l’on essaie de connecter la console à son dock, que l’on loupe le connecteur USB Type-C et qu’on la retire pour retenter l’opération d’arrimage. En effet, les parois intérieures en plastique du support n’étant pas recouvertes d’une quelconque matière douce, cela pourrait faciliter les dommages sur l’écran.

Enfin, le site Polygon relate, pour sa part, avoir acheté le kit de protection officiel de la console (20 dollars) et que le protège-écran fournit est… trop juste. Il ne recouvre pas toute la surface de la dalle tactile.

Le Joy-Con gauche fait toujours des siennes

Problème déjà identifié pendant les phases de test, le Joy-Con gauche continue de connaître certains soucis de fonctionnement selon plusieurs utilisateurs. Polygon a interrogé Nintendo à ce propos et ce dernier affirme avoir « reçu des rapports à ce propos et nous sommes en train de mener nos enquêtes ».

Le japonais a même ajouté une section dédiée à ce problème sur son site, recommandant de couper tous les dispositifs sans-fil pouvant créer des parasites lorsque l’on joue avec la Switch ! Ainsi, Nintendo recommande d’utiliser les Joy-Cons à plus d’un mètre d’une enceinte sans-fil, d’un smartphone, d’un micro-onde ou d’un point d’accès Wi-Fi. Ou encore de ne pas les utiliser sur ou sous un objet en métal (une passoire ?) voire… le plus loin possible d’un aquarium et surtout pas dos à une TV. Pour jouer, nous habituellement, nous nous mettons devant (l’écran plat du salon), c’est plus pratique pour voir ce qui se passe à l’écran…

En clair, selon Nintendo, pour utiliser la Switch, mieux vaut vivre dans une grotte ! Si la console pouvait tenir plus de quelques heures sans recharge, on pourrait presque l’envisager. Presque.