97 % des citoyens chinois sont inquiets pour leur vie privée en ligne contre 81 % en France et seulement 53 % en Allemagne. La différence est importante entre les pays mais l’inquiétude demeure majeure partout : oui, la vie privée est une préoccupation des citoyens à l’ère du numérique et des réseaux sociaux. C’est le premier résultat d’une étude réalisée par Wavestone dans six pays. Le respect de la vie privée se décline globalement selon les mêmes thématiques d’un pays à l’autre et peut se résumer par la volonté de maîtriser les données collectées par les tiers : contrôler les informations obtenues et par qui, pouvoir ne pas révéler des informations, ne pas être identifié dans les lieux publics sans l’avoir autorisé, etc.

Encore une fois, les Chinois sont pessimistes ou désespérés : 48 % jugent ne pas avoir de maîtrise de leurs données mais les Américains les dépassent de peu (49%), loin devant les Français (20%). Les Allemands restent les plus inconscients ou les plus optimistes (17%). De ce point de vue, les différences restent notables entre services en ligne : là où les banques récoltent un satisfecit général, une majorité de répondants leur donnant confiance, les réseaux sociaux récoltent surtout de la défiance (moins de 5 % de confiance).