HSBC muscle son DevOps en misant sur AWS

L’établissement bancaire HSBC a opté pour le cloud public d’Amazon Web Services pour compléter son éventail DevOps. Elles doivent notamment lui permettre d’améliorer l’efficacité et la durée de conception de ses développements.

Favoriser le travail agile et l’approche DevOps dans l’entreprise. Tel a été l’objectif de Marco Pera, directeur des plateformes de la banque HSBC, en lançant un projet visant à déplacer une partie du développement et des tests d’applications dans le cloud public d’Amazon Web Service.

AdTech AdLa mise en route d’un tel processus peut être très déroutante et très complexe pour toute entreprise internationale, en particulier pour celles qui doivent prendre en considération un grand nombre d’aspects réglementaires. « Nous utilisons déjà le cloud pour le développement et les tests à mesure que nous adoptons de nouveaux outils et de nouvelles technologies. C’est une évolution vers un mode de travail agile, l’intégration et le développement en continu dans une approche DevOps », a encore déclaré Marco Pera à nos confrères de Computerworld UK pendant l’AWS Summit qui se tenait la semaine dernière (8 novembre) à Londres. « Ce n’est pas simple, parce que HSBC est une énorme entreprise très complexe ».

Une mise en oeuvre au risque maîtrisé

Toujours selon le directeur des plateformes, « on voit bien quand une entreprise s’éloigne d’une pratique traditionnelle pour créer et déployer ses applications. Les équipes chargées du développement sont différentes des équipes opérationnelles. Il faut donc faire évoluer les choses à plusieurs niveaux ». C’est pourquoi, selon Marco Pera et HSBC, il fallait donner aux développeurs l’accès à des outils adaptés à toute entreprise moderne. Au début de cette année, HSBC a donc mis en place un projet pilote spécifique avec des échéances très ambitieuses. « Nous avons décidé de lancer notre projet en utilisant certains services d’Amazon parce qu’une telle mise en œuvre présentait relativement peu de risques », a expliqué Marco Pera. « Nous avons également mis sur pied plusieurs équipes produits, usages et plates-formes. Elles exigent, à raison, de fonctionner en utilisant les outils et les approches les plus récentes, et en l’occurrence, de réaliser leurs produits et leurs services de façon agile ».

Même s’il n’a pas donné de détails précis sur les produits développés sur la plate-forme de HSBC, Marco Pera a laissé entendre que l’adoption du cloud public s’inscrivait dans un objectif plus large, autant pour maintenir la compétitivité de la plateforme que pour expérimenter de nouvelles choses et proposer plus rapidement de nouveaux services aux clients. « À l’heure actuelle, nous pouvons citer parmi les avantages la simplicité, la reproductibilité, et également la capacité de créer des environnements de développement de manière semi-automatisée », a-t-il expliqué. « Nous constatons aussi que la qualité du développement augmente et que le processus est plus transparent. De plus, nous avons pu mettre en place un contrôle qualité plus fréquent du code de production, ce que nous ne pouvions pas faire auparavant », a-t-il encore déclaré. « Tout cela permet à nos équipes de créer et de développer beaucoup plus rapidement et de façon plus contrôlée. Non seulement la qualité est meilleure, mais la mise sur le marché des produits est plus rapide ».

Les aspects réglementaires à ne pas sous-estimer

Pour en arriver là, HSBC a eu un certain nombre de défis à relever. En particulier, en tant qu’entreprise mondiale, la banque a dû prendre en compte les aspects réglementaires de tous les marchés où elle opère. « Nous sommes très respectueux de ces régulations, et, encore une fois, pour l’instant, nous n’utilisons que des environnements de développement et de test », a-t-il précisé. « Nous résoudrons ces questions au fur et à mesure que nous avancerons et que nous mettrons ces services en production ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *