Facebook annonce de nouveaux contrôles de confidentialité européens, pour le monde entier

Facebook met en place de nouveaux contrôles de confidentialité pour chacun de ses 2 milliards d’utilisateurs dans le cadre du respect de la réglementation générale de protection des données de l’UE (GDPR) qui entrera en vigueur le 25 mai. Facebook demandera à chaque utilisateur, quel que soit son lieu de résidence, de revoir ses choix de confidentialité, de l’information qu’il ajoute à son profil à la manière dont Facebook utilise ses données pour cibler les publicités. La société annonce également le retour de la reconnaissance faciale en Europe et au Canada après que les tribunaux ont statué il y a sept ans que le système de marquage photo de Facebook collectait des données biométriques sans le consentement de l’utilisateur. Les nouveaux contrôles seront déployés pour les utilisateurs européens en premier, à partir de cette semaine, et s’étendront à tous les utilisateurs dans le monde après, a déclaré Facebook dans un article de blog.

Le PDG Mark Zuckerberg a indiqué en quelque sorte que Facebook étendrait ses contrôles européens de protection des données à l’échelle mondiale. En conformité avec GDPR, Facebook présentera aux utilisateurs la possibilité d’accepter ou de gérer leurs paramètres de données pertinents. Le service de réseau social demandera aux utilisateurs s’ils souhaitent ou non continuer à partager des informations politiques, religieuses et relationnelles dans leur profil, par exemple, et faciliter la suppression des informations de profil. Les utilisateurs de l’UE commenceront à voir les écrans d’autorisation cette semaine, tandis que les utilisateurs du reste du monde seront interrogés à une date ultérieure non spécifiée. En vertu des règles GDPR, les entreprises sont passibles de sanctions si elles utilisent ou recueillent des informations personnelles sans consentement. Les utilisateurs européens verront également les coordonnées du responsable de la protection des données de Facebook, une exigence du GDPR.

data_with_special_protections_1
Image: Facebook

Facebook a également déclaré qu’il demandera aux utilisateurs d’examiner et de choisir s’ils veulent ou non que Facebook utilise les données des partenaires pour diffuser des annonces; les partenaires comme les sites Web et les applications qui utilisent des boutons similaires. «Facebook est un service publicitaire», a déclaré Rob Sherman, chef adjoint de la protection de la vie privée à Facebook, lors d’un point de presse. « Toutes les publicités sur Facebook sont ciblées dans une certaine mesure, et c’est également vrai pour la publicité hors ligne. »

face_recognition_1
Image: Facebook

Les utilisateurs de l’UE et du Canada se verront offrir un nouveau choix pour adhérer aux produits de reconnaissance faciale de Facebook. (Les tribunaux du Canada et de l’Union européenne ont déjà jugé que le système de marquage photo de Facebook violait la loi sur la confidentialité.) En plus de voir qui publie des photos de vous, Facebook positionne la reconnaissance faciale comme un mécanisme de sécurité. d’autres tentant d’utiliser votre image comme image de profil. Facebook, bien sûr, bénéficie d’avoir accès à des données biométriques importantes.

Les produits de reconnaissance faciale ont été controversés, et Facebook souligne qu’ils sont entièrement facultatifs pour les utilisateurs à activer. Plus tôt cette semaine, un juge fédéral aux États-Unis a déclaré que Facebook devait faire face à un recours collectif (et des amendes potentielles de plusieurs milliards) sur son outil de suggestion de balise – un outil de reconnaissance faciale que la justice allègue violerait la loi de l’Illinois. consentement quand il a été introduit.

Facebook met également en place des protections pour les adolescents en conformité avec GDPR. « Même lorsque la loi ne l’exige pas, nous demandons à tous les adolescents s’ils veulent voir des publicités basées sur les données des partenaires et s’ils veulent inclure des informations personnelles dans leurs profils », a déclaré Facebook dans le blog. Les jeunes entre 13 et 15 ans dans certains pays de l’UE auront besoin de la permission d’un parent ou d’un tuteur sous GDPR pour permettre des publicités ciblées ou pour ajouter des informations comme « intéressées » à leurs profils. Facebook a déclaré que les adolescents de cette tranche d’âge verront une version « moins personnalisée » de Facebook avec des options de partage limitées jusqu’à ce qu’ils obtiennent le consentement. Les raccourcis de Facebook sur les paramètres et la confidentialité, introduits le mois dernier pour se conformer au GDPR, commenceront également à apparaître cette semaine.

Facebook a fait l’objet d’un examen minutieux au cours des derniers mois, après que des rapports foudroyants aient révélé que la société d’analyse Cambridge Analytica avait abusé des données d’utilisateurs de près de 50 millions d’utilisateurs de Facebook. Zuckerberg a témoigné devant le Congrès à la suite, alors que la société a également pris des annonces de journaux pleine page pour s’excuser du scandale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *