fbpx
ActualitéAppsHigh TechSpotify

Spotify mettra en pause les publicités politiques début 2020

La plate-forme affirme qu'elle n'a pas la capacité de «valider de manière responsable» le contenu publicitaire

Comme indiqué pour la première fois par AdAge, Spotify a déclaré vendredi qu’il « suspendrait » la publicité politique au début de 2020 sur son niveau financé par la publicité et ses podcasts originaux et exclusifs, affirmant qu’il n’avait pas les ressources nécessaires pour vérifier correctement ces annonces.

«À l’heure actuelle, nous n’avons pas encore le niveau de robustesse nécessaire dans nos processus, systèmes et outils pour valider et examiner ce contenu de manière responsable», a déclaré la société dans un communiqué. «Nous réévaluerons cette décision à mesure que nous continuerons à faire évoluer nos capacités.»

Spotify ne propose pas d’annonces sur sa plateforme en dehors des États-Unis. La société ne dirait pas à AdAge combien de revenus ses annonces politiques génèrent, mais le sénateur Bernie Sanders (D-VT) et le RNC ont déjà diffusé des publicités sur Spotify.

Spotify rejoint d’autres entreprises technologiques aux prises avec la manière de gérer la publicité politique à l’approche des élections de 2020. En novembre, Twitter a mis en vigueur son interdiction de publicité politique, qui interdit le contenu payant faisant référence aux candidats, aux partis politiques, à la législation, à la réglementation ou aux mesures de vote. Les publicités des comités d’action politique et des organisations 501(c)(4) sont également interdites sur Twitter, mais la plate-forme autorise la «publicité basée sur les causes» dans certaines circonstances.

https://twitter.com/jack/status/1189634360472829952

Les restrictions de Google sur la publicité politique entreront en vigueur dans le monde entier le 6 janvier. Ses règles empêchent les annonceurs de cibler des personnes sur la base des registres électoraux publics ou de l’affiliation politique, mais Google autorisera toujours les annonces politiques géo-ciblées et les annonces politiques ciblées sur des données démographiques telles que l’âge et le sexe. Les nouvelles règles de Google sont susceptibles d’avoir un impact significatif sur les publicités politiques; depuis le 31 mai 2018, la société a diffusé plus de 155 millions de dollars de publicités politiques aux États-Unis (le principal dépensier à ce jour est l’ancienne campagne 2020 du maire de New York Michael Bloomberg).

La décision de Twitter d’interdire les publicités politiques est venue en réponse à l’annonce de Facebook qu’il ne vérifierait pas les déclarations dans les publicités politiques sur sa plateforme.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page